Méthode Feldenkrais

Les lois de la mécanique, en particulier celles du mouvement des corps dans le champ de la gravitation, les facultés d’apprentissage du système nerveux et certains principes fondamentaux des arts martiaux japonais constituent les bases de la Méthode Feldenkrais.

 

Nos limitations dans l’ampleur ou la fluidité d’un mouvement proviennent rarement de limites mécaniques au niveau des articulations. Nos limitations proviennent bien souvent de la façon dont le système nerveux central organise le mouvement, en utilisant des schémas habituels acquis.


Or, le système nerveux central apprend en permanence de l’expérience vécue, et ce, quel que soit l’âge. Il y a encore quelques années, on pensait que le système nerveux achevait son apprentissage au début de l’âge adulte, mais des découvertes récentes ont prouvé qu’il n’en était rien. Des réorganisations massives peuvent se produire. Le cerveau peut, d’une certaine façon, changer sa façon de fonctionner. On parle de neuroplasticité. Ainsi, l’organisation d’un mouvement n’est jamais figée et peut se modifier. Cette possibilité permet de modifier des schémas résultant de situations passées, pour en faire apparaître de nouveaux, mieux adaptés aux situations présentes.

Chacun incarne sa pensée dans la vie quotidienne et agit en accord avec l’image de soi. Ainsi, en enrichissant l’image de soi, il est possible d’établir de nouveaux schémas de pensée et d’action.


«Grâce à la sensibilisation, nous pouvons apprendre à nous déplacer avec une légèreté étonnante et une liberté à n'importe quel âge et ainsi améliorer nos conditions de vie, pas seulement physiquement, mais émotionnellement, intellectuellement et spirituellement. Ce que je recherche se ne sont pas des corps souples, mais des cerveaux souples. C'est restaurer en chacun sa dignité humaine.»  Moshe Feldenkrais

L’apprentissage comme base de l’évolution
 
La méthode Feldenkrais se propose de visiter le mouvement et les actions tels qu’ils se passent, sans a priori ni jugement, et de laisser émerger des organisations nouvelles. Elle rend ainsi à chacun la possibilité d’être plus autonome et confiant dans son aptitude à trouver ses propres solutions lorsqu’il entreprend ses actions. Pour cela, il s’agit d’apprendre à sentir et de faire des distinctions.

Moshe Feldenkrais

 

Il serait dommage de parler de la méthode sans évoquer qui était Moshe Feldenkrais et quel était son parcours. Né en Russie en 1904, il gagne la Palestine par ses propres moyens à l'âge de 14 ans. A partir de 1928, il étudie à Paris où il devient docteur en sciences physiques. En 1938, il travaille avec Frédéric Joliot et Irène Curie. Faisant partie des premières ceintures noires de judo en Europe, il devient le fondateur du Jiu-jitsu club de France dont Jigoro Kano fut le président d’honneur. De sa formation en Arts Martiaux, il tire une conception orientale du mouvement efficace et harmonieux utilisant une énergie minimale.

Enfin, une blessure grave au genou détermine l'orientation de son travail : celle du mouvement et du système nerveux. En effet, face à l'incapacité du corps médical à lui assurer un fonctionnement normal de son articulation blessée, il se tourne vers lui-même et vers ses propres possibilités. Il observe scrupuleusement la mécanique interne de son corps et y découvre un monde inexploré qu'il ne cessera de parcourir en tous sens, toute sa vie. Il s'appuie également pour cela sur des études en neurophysiologie et en neuropsychologie. Il enseigne aussi bien en Europe, aux Etats-Unis, en Australie et en Israël où il meurt en 1984.


Il laisse derrière lui de nombreux ouvrages tels qu’Energie et bien-être par le mouvement ou L’être et la maturité du comportement, mais surtout, il a formé un grand nombre de praticiens qui continuent de transmettre et d’enrichir sa méthode.

©2021 Fany Astorg

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now